Beubar, by Dalzotto et Prosper Garage Design ! Ou comment l’affaire est dans le sac pour la belle et la bête…

 

 

 

Une collaboration avec PGD !!!! Comment peut-on en être réduite à de telles extrémités ?

Cela faisait un moment que je pensais à faire une collab avec une autre marque.

Notre rencontre avec Bernard remonte à un shooting organisé par July Herrewyn de Demens Motorcycles. July m’a présenté Bernard pour être le mannequin. Je voulais une vraie ambiance “Biker” par contraste avec les précédents shooting que j’avais organisé. Bernard était parfait (Ndlr : nous ne retouchons jamais les interviews…)

Depuis, nous sommes toujours restés en contact. Au delà d’être un motard, Bernard est un créatif. J’aime ça. J’aime ses créations. Lorsque Bernard m’a proposé cette collab (je l’avoue, l’idée vient de lui), j’ai tout de suite accepté. Je cherchais depuis un certain temps à créer un modèle vraiment différent pour les hommes. C’était un challenge car entre le nombre d’hommes qui souhaitent des produits plus “fun” et ceux qui sont prêts à en acheter et qui les achètent vraiment, le gap est grand. Je ne sais pas si on peut vraiment parler d’extrême. Mais c’est ce que j’aime. Ce qui est différent. J’ai très vite lancé un prototype que je ne quitte plus depuis qu’il est sorti de l’atelier. J’espère qu’il va cartonner autant auprès des hommes que des femmes.

l’ingrédient premier pour qu’une collaboration soit réussie est d’avoir le même objectif, être dans le même état d’esprit. Nous, c’était la créativité. On était sur un même délire.

Dis Sandrine Dalzotto : quels ont été les ingrédients indispensables à cette collaboration ?

Je pense que l’ingrédient premier pour qu’une collaboration soit réussie est d’avoir le même objectif, être dans le même état d’esprit. Nous, c’était la créativité. On était sur un même délire. Faire un sac original. Différent de ceux qu’on trouve partout ailleurs. Sans pour autant enlever les caractéristiques premières du sac: être fonctionnel, pratique, robuste et pouvoir y glisser un casque (de moto).

Bien sûr, tout cela dans le respect de l’autre, de sa marque et de son identité. D’ailleurs, j’ai hate d’avoir mon foulard PGD ! (Ndlr : mais il faut quoi Prosper là ?)

Ensuite, il faut bien s’entendre, se comprendre. À chacun son domaine de compétence, ses rôles et responsabilités. Le produit conçu, il faut le produire. Ca c’est mon job. Puis le promouvoir et le vendre. C’est notre job à tous les deux. Nous mettre d’accord sur son positionnement, son prix …

PGD / Dalzotto c’est seulement un sac à dos ou plus si affinités ?

Aujourd’hui, PDG / DalZotto est l’histoire d’un sac à dos. Mais oui, plus si affinités ;o)

La marque DalZotto est née de l’histoire du sac à casque dont l’idée m’est venue de mes propres besoins. Partie d’un modèle pour les femmes, la marque adresse aujourd’hui les hommes avec 3 modèles. Les sacs plaisent aux motards comme aux non motards. Et je commence à en vendre à l’international.

Je pense réellement que les collaborations ou tout autre forme de partenariats sont un bon moyen pour une marque de se développer. Alors oui, pourquoi pas avec PGD et Bernard. D’ailleurs, je cherche un associé (Ndlr : je rêve ou il y a un ouverture là ?)

Et pourquoi pas un développement en élargissant l’offre à de nouveaux produits, accessoires pour motards, cyclistes… ou pour modeuses ?

L’actu de DalZotto dans les prochains mois, c’est quoi ?

2017 a été profitable. 2018 doit être explosive. Notre devise: Bougez avec votre sac !

En 2018, nous souhaitons assoir notre présence sur le marché de la moto et du scooter, rester à l’écoute de nos clients et élargir notre communauté. Nous participerons à notre 2ème salon de la moto et du scooter à Lyon (mars) et à notre 3ème salon moto légende à Vincennes (novembre).

Nous prévoyons aussi de participer à 2 événements automobiles, un rallye au féminin et un festival automobile et au salon maison et objets en septembre à Paris.

Sinon, nous préparons une édition limitée pour la Saint Valentin et travaillons sur le développement de 2 sacs de plus petite taille que nous réclament nos clientes modeuses.

Enfin, nous espérons bien que certaines discussions menées en 2017 avec de grandes marques et acheteurs internationaux aboutiront.

 

Bon Prosper, c’est quoi le concept de ce Beubar ?

J’ai rapidement flashé sur le sac en moumoute que propose Sandrine, sans y trouver les côtés pratiques que j’attends d’un sac à dos et notamment pour la moto.

L’idée de départ était donc de réaliser un truc qui sorte des sentiers battus et qui soit pratique. Et je trouve qu’on a tout bon !

Le sac est pratique et question sortir des sentiers battus, les retours, qu’ils soient positifs ou non (ces derniers surtout !) prouvent que l’idée est 100% cool. Fuck conformity en fait.

Sinon le processus de création c’est surtout le résultat d’une belle itération sur le principe de faire une collaboration PGD –  Dalzotto. Moi j’aime la fourrure et la toile camouflage et Sandrine n’a (presque) peur de rien, même pas de vendre cette pièce.

Et puis le nom c’est aussi donner une identité bien marquée à ce sac à dos totalement original  !

Bon maintenant t’as plus qu’à l’acheter !