The Black Ace Project ou comment ne pas choisir entre single seat et two seater !

 

 

Dernière préparation à moteur sortie de l’antre de Prosper Garage Design, la Black Ace a une histoire singulière. Nous vous proposons de revenir sur la commande initiale avec une interview de Prosper et le témoignage de son heureux propriétaire !

 

Prosper, pouvez-vous revenir pour s sur les conditions de cette commande pas tout à fait « conventionnelle » ?

Les desiderata du proprio
Un budget serré ET maîtrisé :  voilà des fils conducteurs des projets moto du Prosper Garage Design, déformation professionnelle liée à mon metier alimentaire certainement ! De l’achat de la base, aux pièces en passant par la Main d’Oeuvre bien sûr ! Partant de ce principe, je fais énormément participer le client (qui adore cela !), dans les choix et décisions touchant son projet.
Sur le projet Black Ace, le client avait une idée très précise du résultat attendu, en plus de la question fonctionnelle: une machine roots, ambiance DIY, au look extrême, qui pourrait être le véhicule de fonction du Punisher ou de Max Rockatanksy (eh ouais, Saint Nicolas se traîne en traîneau et respire les flatulences des rennes, alors que mon client est plutot branché SP)
Le choix de la moto
Pas de modele défini au prealable, seul le budget qui a permis de definir un panel de modèles d’occasion permettant de respecter le budget, tout en restant sur des bases que le client affectionne (955i, speed, GSXR…)
Le besoin particulier du single seat / two seater ?
Étant le géniteur d’un pré-ado (qui était un bébé avant hein ,je vous rassure, le machin est pas arrivé tout de suite sur terre avec l’air con, l’acné et la PS4), le besoin de transporter ce dernier (avec classe) s’est imposé.
Nous avons donc imaginé une machine monoplace au quotidien, pouvant aisément se transformer en moto bi-place. La manip est désormais possible en ôtant les vis de fixation de la boucle arrière. Toute l’électronique et l’electricité restant à demeure sur la moto. Les boucles viennent prendre place à tour de rôle avec une facilité déconcertante
Le dessin particulier des points de fixation, et le fait que l’ensemble (cadre et boucle) soit réalisé en alu (matériau dont je ne maîtrise pas la soudure, enfin pas encore !), nous avons confié la modification des points de fixation supérieurs aux père et fils CHAPLAIN! Des pros d’un temps que seuls les plus anciens connaissent, que je vous conseille chaudement !

Comment avez-vous abordé ce chantier ?

Le design global
Beaucoup de bière et de whisky, quelques pizzas et de longues soirées à discuter devant la belle à poil pour converger vers le design voulu par le client
Le choix des pièces
Le client ayant une idée assez précise de son budget, nous avons sélectionné ensemble les fournisseurs
L’équilibre financier
Le budget initial a été dépassé de 10%, la modification de la boucle ayant englouti 80% de ce dépassement

L’élaboration , sur la base d’une Triumph Daytono, d’un CR  mono qui peut en quelques tours de vis devenir duo a-t-elle été l’objet d’un défi technique particulier ?

En dehors de la partie que nous sous traité chez Chaplain nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières. Le choix de confier la fabrication de ce bâtis à un spécialiste s’est faite pour des raisons évidentes de sécurité.

Et le client, content ?

T’es con ou quoi ? Y’a un encart qui est fait pour cela juste en dessous là !

Ce CR est-il achevé ou en cours de développement pour une phase 2 ?

Bon là je veux bien répondre…
Un projet kustom (au sens large du terme) n’est jamais achevé, « biker’s work is never done »

Le témoignage du proprio (content)

Suite au vol d’une de mes machine il me fallait une remplaçante. Un « outil » (un truc avec lequel tu peux attaquer fort ndlr), fiable, pas cher, avec de la gueule, polyvalente, radicale…. et noire. Après de longues introspections quant à la base mécanique idéale, 2 choix finissent par s’imposer à moi:  Ducati base 1000 ssie ou triumph base daytona /speed 955 ou 1050.

La première offre qui peut coller au projet est une Daytona 2005 955i de 66000 kms proposé par Anthony de Smet chez Triumph Diagonale à Louveciennes. Ça matche niveau budget et look. Déjà beaucoup de « noir », 2500 euros… et mon imagination travaille…
Mise sur le pont, dépouillage total. 66 000 km quand même.
Le projet le plus ambitieux est d’en faire une moto « modulable », avoir une 2 en 1, à la fois mono et biposto (ou plutôt single seat / two seater !). Le style…. muscle bike. La mécanique… stock. Les solutions…. simples. Le budget…. contenu !
Il faut donc peindre ce qui n’est pas encore noir, moteur, collecteur, tés inférieur et supérieur.  Intégrer « l’énorme » faisceau électrique de la moto qui nous sert de base, et conçu dans une logique de routière sportive. Il a fallu concevoir une « boite fixe » qui reçoit toute l’électricité de la moto et la batterie lithium/ion, j’y reviendrais.
Trouver les pièces, ou les adapter ! Wats motor (phare avant, soufflets de fourche, bouchon monza, platines de phare, peinture moteur /échappement, rétro en bout guidon etc..). Échappement Bodis, avec chicane faite sur mesure par un « artisan normand »,
Krax moto pour les clignotants avant (leds), phare + clignos, éclairage de plaque, bocal frein avant.
Pour la suite de la préparation, poignées « decathlon », grip tennis et guidoline vélo ! Roots !  On réfléchi, Prosper Garage réalise presque tout, il faut même le calmer sur les détails ! La moto est conçue pour vivre et mourrir en Île-de-France, faire de la piste, rouler l’hiver dans le sel….
Donc pas de frais excessifs en cas de chute ou vol, des solutions simples pour pouvoir refaire à moindre frais.
Les gros chantiers seront dans l’ordre: la boite à électronique, l’échappement, l’adaptation du cadre pour une boucle arrière amovible, l’adaptation et la préparation des boucles arrière en vu de leur mobilité.
Une seule n’est pas réalisable chez Prosper Garage, la modification des fixations de boucle alu sur le cadre et des boucles elles mêmes. Il sait tout faire, sauf souder l’alu (quelle pince ce Prosper ! ndlr), mais ça ne saurait tarder…
Et puis la manipulation est importante, il s’agit de sécurité, la tache sera confiée à un expert: Chaplain père, maître soudeur et expert en préparations moto.
La boite à électronique sera parfaitement réalisée par Bernard, qui amène même des solutions fun: boîte à fusibles et régulateur exposés sur les côtés, avec petit couvercle plexi, pour la beauté du geste. Tout le reste rentre dedans, batterie, boîtier électronique, relais, et même un peu de faisceau… Elle est parfaitement adaptée et le gabarit ajusté pour recevoir et retirer la boucle arrière amovible.
L’échappement, je le veux très….très court, pour mettre en valeur la roue arrière et l’aspect ramassé de la moto. Là encore, très vite, découpe, soudure, adaptation d’un raccord en « pot de japonaise » . Fabrication de la patte de fixation du silencieux. Tout ça réalisé dans un  temps record et parfaitement adapté au look désiré et à la demande du proprio.
La platine de support de compteur. Une belle plaque d’alu (merci Julien pour la matière), un gabarit carton, quelques découpes et percages plus tard, une platine aussi discrète que solide est en place !
Après ces « gros chantiers », une foultitude de détails : l’intégration des clignos à leds à l’avant, encore sur une idée « lumineuse » du Prosper, qui les integrera Manu Militari dans les commodos pour une discrétion optimale ! Le support de plaque et de feux arrière ? Hop, une cornière en alu, un peu d’adaptation, et le tout est invisible. « Bocal » de frein arrière optimisé à la « durit ». Neiman et contacteur déplacé sur le côté de la machine au niveau du moteur, un jeu d’enfant pour Prosper Garage….
Reste 2 chantiers en cours, la mise en place du bouchon monza, moins simple que prévu, et qui fait encore intervenir Julien, pour une pièce en alu taillé au laser. La préparation de la boucle biposto, toujours chez Chaplain. Et aussi un garde boue arrière pour la version monoposto, sans quoi mon slip se transforme en couche culotte de nouveau né à la moindre averse…
Après quelques centaines de kilomètres au guidon, la moto se révèle super agréable, moteur toujours aussi rond, confortable, échappement sonore comme il faut, et look qui ne laisse pas indifférent, et tout cela danss une légalité « acceptable »…
Un projet pas encore tout à fait abouti donc, qui ne demande qu’à évoluer au gré de son proprio, mais qui a comblé la totalité de mes attentes danss un delai plus qu’acceptable…
Merci à tous les acteurs du projets
Prosper Garage Design, et mon vieux pote Bernard !
À Julien, pour ses conseils et son soutien sans faille, un excellent préparateur.
À Maxime pour nos « errements » électriques.
À Anthony et Audrey de Diagonale moto, juste parfaits dans toutes leurs actions sur le projet.
À Chaplain, pour son talent inégalable de préparateur/soudeur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.